Christophe B., père de famille

Nous sommes une famille modeste. Notre fils Corentin vient d'avoir le bac S avec mention TB (moyenne 18.26). Au delà du coup de pouce financier non négligeable, la bourse au mérite (1800 €) permet d'envisager sereinement la question financière du coût des études. La bourse représente une reconnaissance, une récompense pour le travail accompli. Notre fils envisage d'effectuer des études de médecine et quand on sait le travail personnel demandé (60 heures par semaine au minimum), je voudrais que les personnes bien pensantes à l'origine de cette aberration m'expliquent comment un jeune peut-il concilier études et travail.. En effet, là est toute la question du financement des études supérieures. Pour les familles modestes, l'alernative est la suivante: soit se sacrifier soit demander à notre fils de travailler, ce qui est inenvisageable et irresponsable quand on sait l'extrëme difficulté de ce genre de formation. Par cette directive gouvernementale, le binôme de choc Hollande-Valls déçoit la jeunesse, démobilise, démotive des personnes qui ont cru dans ses bonnes paroles... Economie ou non, la question n'est pas là...La vraie question: le gouvernement croit-il en la jeunesse ou ne voit-il que dans les chiffres de son budget? L'AVENIR C'EST MAINTENANT et PAS DANS 10 ANS... Alors certes, ce dispositif a un coût mais c'est pour la bonne cause. Il existe bien d'autres domaines où des économies sont possibles....mais pas sur la formation des jeunes. La bourse au mérite n'est pas une dépense inutile mais un réel coup de pouce pour les familles de plus en plus sollicitées dans de nombreux domaines....crise économique oblige. Faites comme moi et les autres, dites non à cette décision arbitraire et injuste. Je n'ai pas hésité à le faire savoir à notre député (Mr FOURAGE), sénateur et président du conseil général de la Vendée (Mr RETAILLEAU) et conseillere générale (Mme CHATEVAIRE). Prenons tous un peu de notre temps pour faire savoir notre mécontentement et la RAISON reprendra son droit. Alors tous ensemble, nous pourrons faire changer les choses. Nous serons entendus et écoutés.

×